Réussir l’insémination par la contention

27 Mai 2014
Mis à jour le : 
26.06.2014 à 12 h 45
La réussite à l’insémination est pour Eliacoop un enjeu omniprésent. Elle est pour l’inséminateur une question de fierté et pour l’éleveur une question de rentabilité. La contention faisant partie des facteurs-clés de réussite, Eliacoop travaille de concert avec le service Santé-Sécurité au travail des différentes MSA de sa zone d’activité, afin d’aider les éleveurs dans leurs projets de réflexion pour l’aménagement d’un système de contention peu couteux et adapté à leur exploitation.


Une insémination ratée génère un coût : en génétique d’une part, et par le décalage des vêlages et les charges afférentes d’autre part (on estime à 20€ pour 3 semaines le coût d’une vache non fécondée). Personne ne sort gagnant de cette situation !
La solution ? Travailler à l’amélioration des facteurs-clés de réussite, parmi lesquels la contention à l’insémination.

La contention améliore la fécondité

Réussir une insémination requiert deux choses : éviter tout stress et bien brider l’animal par un système adapté. Une vache qui bouge au moment de l’insémination a moins de chances d’être fécondée.
L’inséminateur doit en effet déposer la semence à la sortie du col utérin de la vache, à l’aveugle et dans un espace pas plus large qu’une pièce de 1 euro. L’opérateur doit à ce moment-là rester concentré, sans craindre que la femelle ne se déplace ou puisse le blesser (appréhension du coup de pied).
L’inséminateur doit par ailleurs éviter toute égratignure sur l’appareil génital  qui pourrait provoquer une inflammation de l’utérus et faire perdre en fécondité.
L’étude Fertilia (Unceia - 2005) démontre que le taux de mortalité embryonnaire à 21 jours peut être jusqu’à 9 points supérieur en cas d’absence de moyen de contention.

La MSA accompagne les éleveurs
dans l’amélioration des conditions de travail

La prévention est une obligation légale pour les éleveurs, inscrite dans le code du travail. Les exploitants doivent se protéger eux-mêmes, mais ils doivent également protéger les intervenants extérieurs : vétérinaires, inséminateurs, contrôleurs… La MSA est là pour les y aider.
L’animal est en effet identifié comme un risque prioritaire. Chaque année en France, environ 3400 non-salariés et 500 salariés agricoles sont accidentés avec arrêt causé par des bovins. Parmi ces 500 salariés, les inséminateurs arrivent en seconde place.

Le service Santé-Sécurité au travail de la MSA soutient Eliacoop et ses éleveurs en proposant du conseil et en développant des actions concrètes : évaluation des risques en élevage, mise en place d’actions de prévention, conception d’outils, formation.
Les Conseillers peuvent par exemple assister les éleveurs dans leur réflexion d’aménagement de systèmes de contention pour faciliter le travail et l’approche des animaux en toute sécurité. En cas de réhabilitation, les Conseillers MSA tentent d’utiliser au mieux et à moindre coût les locaux existants.
Certains départements dispensent des aides financières. Renseignez-vous auprès de votre inséminateur ou de votre Conseiller MSA dont voici les contacts :

Ain : Céline Agati - 04 78 92 31 90

Ardèche : Laure MICHEL - 04.75.75.68.67

Drôme : Christian VALLON - 04.75.75.68.67

Isère : Aurélie Fortune - 04 76 88 76 17

Rhône : Céline Agati - 04 78 92 31 90

 

Vous recherchez
un technicien
près de chez vous
 
Newsletter
Newsletter
  • FB
  • Youtube
  • RSS